KM GENERIQUE_MACARON LIRE

Le « chant des sirènes »

Un matin d’hiver, alors qu’un groupe de piétons attend patiemment que le « petit bonhomme » passe au vert, je croise le regard d’un petit enfant dans sa poussette. Il me regarde comme s’il avait compris que je savais communiquer avec les bébés par la musique. Ce regard était le même que ces tout-petits qui, en cours de piano, me sourient quand je leur joue la note, le rythme ou la mélodie qui leur conviennent. Ils esquissent alors un merveilleux sourire de reconnaissance, accompagné d’un regard tendre.

Soudain, alors que le groupe de piéton était autorisé à traverser, un camion de pompier survient prudemment mais vivement, à fleur du groupe, en déclenchant cette fameuse sirène qui plait tant aux enfants ….. quand elle vient de loin ! Je mets immédiatement mes mains sur mes oreilles pour les protéger et m’aperçois vite que le sourire du petit enfant s’était comme figé : cet enfant était en souffrance devant ce traumatisme auditif que les pompiers, malgré leur bienveillance n’avaient pu empêcher.

J’ai pensé alors que ma mission de professeur de piano et de musique était aussi de préserver mes jeunes élèves en me préoccupant de ce phénomène traumatique. J’ai alors examiné une étude scientifique récente qui montrait que les musiciens professionnels, exposés chaque jour, de nombreuses heures durant, devant leur instrument, à des sons d’intensité importantes, devraient rapidement être sourds !….. mais l’étude montre que ce n’est pas le cas, bien au contraire ! Les chercheurs ont alors expliqué ce phénomène en pointant des circuits spécifiques que le musicien déclenche et qui ont pour objectif de réguler l’intensité du son quand celle-ci devient trop élevée.

J’ai longtemps et beaucoup travaillé sur les circuits efférents (dont la commande vient du cerveau, par oppositions aux circuits afférents qui véhiculent la perception vers le cerveau) jusqu’à présenter une hypothèse de travail à l’Université d’Oxford, au Professeur Andrew King, spécialisé dans l’impact des perceptions auditives sur la cognition.

Il est prématuré que j’évoque cette recherche aujourd’hui, mais je souhaitais présenter le cadre dans lequel ce travail sur les sirènes s’insère. Aujourd’hui, et dès maintenant, je voudrais que ces petits enfants en poussette puissent limiter l’impact traumatique des klaxons et sirènes par l’activation de « circuits de protection ».

La première étape est d’identifier et de localiser pour mettre à distance. « C’est la police, une ambulance … elle vient de droite, de gauche ? » c’est cela que nous travaillerons aujourd’hui

en avant goût, un américain à Paris de Georges Gerschwin, avec les klaxons mis en musique

Les 6 sirènes

 

FICHES A DECOUPER sirenes

 

FICHES à télécharger au format PDF

 

 

IMG_3660

IMG_3661

IMG_3662

IMG_3663

IMG_3664

IMG_3665

IMG_3666