Inauguration K&M Pereire

INAUGURATION :

Le Maire du 17ème arrondissement, Geoffroy Boulard, a inauguré, mercredi 11 avril 2018, l’école Kaddouch & Music Pereire, située 127, Bd Pereire, deuxième école K&M parisienne après celle de la rue boissière (16ème)

 

IMG_0916 IMG_0915 IMG_0913 IMG_0912

 

IMG_7477      IMG_7475

Capture d’écran 2018-04-13 à 12.19.00

 

 

Les NEWS

 

 

Soutenez notre action éducative

KM GENERIQUE_MACARON JE SOUTIENS V1 mailing-2A partir du 20 avril, les cours à distance réservés, à la base, aux élèves des écoles Kaddouch & Music, vont être mis (sauf le cours d’éveil en live) à disposition de tous les « enfants sans école ». Il nous a semblé que cela faisait partie de notre mission d’éducateurs.

Les 50 pages que nous avons créées depuis le début de la période sans école seront accessibles depuis la plateforme que nos graphistes et informaticiens nous ont aidé à réaliser. Ce contenu et cette mise en forme représentent un travail colossal et des investissements très importants, sachant que nos écoles ne reçoivent aucune aide ni subvention.

Seule pédagogie, dans l’histoire, dont la théorie a été exposée à l’université d’Oxford et dans les plus prestigieuses institutions dans le monde, il n’en reste que les récompenses, les médailles (chevalier des arts et lettres) et les louanges n’ont jamais entraîné un soutien financier quel qu’il soit.

Si vous souhaitez nous soutenir, nous permettre de continuer à servir vos enfants et encourager ces belles idées éducatives que nous défendons, vous pouvez faire un don.

Merci,

Robert Kaddouch

5 euros ….. je soutiens

10 euros ….. je soutiens

15 euros ….. je soutiens

20 euros ….. je soutiens

25 euros ….. je soutiens

Soutenez notre action éducative

A partir du 20 avril, les cours à distance réservés, à la base, aux élèves des écoles Kaddouch & Music, vont être mis (sauf le cours d’éveil en live) à disposition de tous les « enfants sans école ». Il nous a semblé que cela faisait partie de notre mission d’éducateurs.

Les 50 pages que nous avons créées depuis le début de la période sans école seront accessibles depuis la plateforme que nos graphistes et informaticiens nous ont aidé à réaliser. Ce contenu et cette mise en forme représentent un travail colossal et des investissements très importants, sachant que nos écoles ne reçoivent aucune aide ni subvention.

Seule pédagogie, dans l’histoire, dont la théorie a été exposée à l’université d’Oxford et dans les plus prestigieuses institutions dans le monde, il n’en reste que les récompenses, les médailles (chevalier des arts et lettres) et les louanges n’ont jamais entraîné un soutien financier quel qu’il soit.

Si vous souhaitez nous soutenir, nous permettre de continuer à servir vos enfants et encourager ces belles idées éducatives que nous défendons, vous pouvez faire un don.

Merci,

Robert Kaddouch

5 euros ….. je soutiens

10 euros ….. je soutiens

15 euros ….. je soutiens

20 euros ….. je soutiens

25 euros ….. je soutiens

Conférence à Oxford University

A special St John’s College Research Centre Seminar

on pedagogy, behaviour and development

14 February 2019 – 4.00 p.m.

Garden Quad Auditorium, St John’s College

Learning is Creating, Creating is being Transformed. 

The aim of this seminar is to introduce a pedagogy which claims to have an impact on behaviour through ‘creation’. Creating, according to the Kaddouch pedagogy, means involving your potential, richness and singularity in an act of learning.  Robert Kaddouch will present his theory and the underlying concept of ‘conductivity’ i.e. communication through creation and creation through communication.

Robert Kaddouch will illustrate his talk with short videos to allow an insight into exchanges with pupils of all ages and will present a case study of Peter, a person with high-level autism.

There will be an opportunity to discuss his pedagogical approach and time for questions.

Robert Kaddouch au Quad Garden Robert Kaddouch 2- Université d’Oxford 2  Robert Kaddouch - Université d'Oxford 2 Robert Kaddouch - Université d'Oxford 1

Oxford : conférence

OXFORD

Polyphony – Systematics and Ontogenesis

Simha Arom and Robert Kaddouch

Monday, 26 February 2018

The Barn at St John’s College (Kendrew Quad), Oxford

« Learning is Creating » : Conférence à l’auditorium Quad Garden d’Oxford

IMG_7307             bca70cfb-096b-4f23-a62d-2f5086d767a6

UPCOMING Simha Arom and Robert Kaddouch 26 February 2018

La Gazette d’Oxford

Abstract: To produce a melody is one thing; to couple it with a second one is yet another; but to create unity between several different parts at the same time is a major problem that has called for solutions in different historical epochs and in various cultural contexts. Polyphony – the simultaneous unfolding of several voices – is precisely the art of making different melodic sequences coexist as a whole, which transcends each one of them separately, while preserving its own individuality. It is fascinating to observe how, across places, eras and cultures, people have used similar polyphonic techniques. Through comparative listening, we will identify polyphonic processes common to different musical heritages, chosen independently of epochs and geographical areas. We will discover unsuspected kinships, particularly between the polyphonies of the Pygmies of Central Africa and those composed in Europe in the Middle Ages, as well as between the traditional polyphonies of Georgia and those of the early Renaissance.

 

After Simha Arom’s presentation involving comparative listening to various polyphonic processes common to different forms of musical heritage, chosen independently of the time periods, geographical areas and modes of transmission (written or oral), Robert Kaddouch will comment on videos of very young children (between eight months and six years old) in improvisation situations during which they spontaneously draw on some of these processes. The concept of conductibility will shed light on these manifestations.Speaker Biographies:

Simha Arom: A French-Israeli ethnomusicologist who is recognized as a world expert on the music of central Africa, especially that of the Central African Republic. His books include African Polyphony and Polyrhythm: Musical Structure and Methodology (1991). In the 1960s, Simha Arom was sent by the Government of Israel to establish a brass band in the Central African Republic. He became fascinated by the traditional music of this country, especially the vocal polyphonies of the Aka Pygmies. He did field work every year from 1971 to 1991, accompanied by ethnolinguists and students, to record this music to study it and preserve it. Simha Arom was awarded a First Prize for French Horn at the Conservatoire National Supérieur de Musique of Paris before becoming an ethnomusicologist. Further research interests: Ethnomusicological methodology, the liturgical music traditions of Ethiopian Jews and the musical heritage of the Jews of Djerba. Arom has been a Visiting Professor at many universities around the world. He is also a member of the Société française de musicologie and the Board of directors of The Universe of Music project (UNESCO). His sound archives were deposited in 2011 at the sound library of the Bibliothèque nationale de France.

Robert Kaddouch is a pianist and a pedagogue. He is the creator of the “Kaddouch Pedagogy” based on the concept of “Conductivity” (The Pedagogue and the Philosopher, Robert Kaddouch and Conductibility, Paris: Harmattan.) He was a student of Pierre Sancan and Bruno Rigutto for the piano, of Iannis Xenakis for composition and of Martial Solal for improvisation; as a pianist he played and recorded with Martial Solal ,Chuck Israels, Gary Peacock , Eddie Gomez …He has been giving courses to teachers and instructors in different disciplines at multiple schools in different countries, and he has collaborated with various research teams (Paris Descartes, Sorbonne, Neurospin, ENS Nicot Institute). He has published several practical and theoretical works, including: Kaddouch, R. & Noulhiane, M., The Child, Music and Memory, De Boeck, 2013; Des Mimes et des Murs, Gruppen, 2012.

Robert Kaddouch à Oxford

Cours Simha Arom, Polyphonies

Initiation à l’écoute des musiques polyphoniques,

du simple au complexe

Cours animés par Simha AROM, en collaboration avec Robert Kaddouch

 

Simha Pygmées AKA

4 sessions de 1h, le jeudi à 19h, , 23 nov, 14 déc, 11 janv, 8 fév

Participation : 115 €/ 4 séances d’une heure – possibilité de participer à un seul cours : 35 €

Pour acheter le cours (4 séances), cliquez ici

Après la présentation, par Simha Arom, au moyen d’écoutes comparées, des différents procédés polyphoniques communs à différents patrimoines musicaux, choisis indépendamment des époques, des aires géographiques et de leur mode de transmission (écrit ou oral) , Robert Kaddouch commentera des vidéos de très jeunes enfants (entre 16 mois et 4 ans) en situation d’improvisation, dans laquelle ils ont recours à ces mêmes procédés. Le concept pédagogique de conductibilité viendra éclairer cette émergence.


Simha Arom, ethnomusicologue, directeur de recherche émérite au CNRS, est spécialiste des musiques traditionnelles d’Afrique subsaharienne. Considéré comme le fondateur de l’ethnomusicologie moderne, ses travaux ont été couronnés par la Médaille d’argent du CNRS et de nombreuses distinctions internationales.


Produire une mélodie est une chose, la coupler avec une seconde voix en est une autre, mais faire coexister plusieurs parties différentes relève d’une problématique qui s’est posée à différentes époques, en différents lieux, et se pose encore de nos jours.

La polyphonie (déroulement simultané de plusieurs voix), est donc l’art de faire coexister des séquences mélodiques différentes en une synthèse, qui transcende chacune d’elles prise séparément, tout en conservant son individualité.

Il est fascinant d’observer que, par-delà les lieux, les époques et les cultures, les hommes ont utilisé des techniques polyphoniques semblables – ce qui constitue une vraie leçon de vie.

Au moyen d’écoutes comparées, nous identifierons des procédés polyphoniques communs à différents patrimoines musicaux, choisis indépendamment des époques et des aires géographiques. Des parentés insoupçonnées apparaîtront alors, notamment entre les polyphonies des Pygmées d’Afrique centrale et celles composées en Europe au Moyen Âge, tout comme entre les polyphonies traditionnelles géorgiennes et celles, savantes, du début de la Renaissance.
With the Aka Pygmies-2001