Notre pédagogie > Robert Kaddouch, l’improvisateur

Robert Kaddouch est un concertiste et un pédagogue. Elève de Pierre Sancan et Bruno Rigutto pour le piano, Yannis Xenakis pour la composition et Martial Solal pour l’improvisation. Après de nombreux récitals classiques, il se tourne vers l’improvisation qu’il pense être la clé de l’émancipation créatrice. Sa pédagogie et les partenaires qu’il a rapidement cotoyé lui ont vite donné raison. En appliquant son concept de Conductibilité à la pédagogie comme à la création musicale, il favorise de réels échanges artistiques dénués des stéréotypes envahissants.

Ecoutez « 53rd Street » enregistré à New York avec Gary Peacock

Suivre l’aventure New Yorkaise

La technique de jeu de R.Kaddouch

« Dans certains dialectes africains, on dit: «la musique me danse» et non «je danse sur la musique». Ainsi je ne dis pas que je joue du piano, puisque c’est le piano qui me joue. La musique s’est toujours imposée à moi comme une vision du monde. Elle aurait pu être la langue de tous les hommes. Mais l’histoire en a décidé autrement et les langues permettent maintenant de dire ce que l’on ne pense pas !
La musique donc me parle, la musique me pense, et moi, je cherche à partager ce qu’elle me dit et m’offre de de trésors cachés. J’ai souvent préféré transmettre par l’enseignement, qui ne se laisse jamais gagner par la routine, plutôt que par des concerts répétés.
Mais quand l’occasion se présente d’un échange exceptionnel, alors le piano m’entraîne sur ces chemins : ni lui ni moi n’avons le choix. Et ce piano qui me joue, je ne lui laisse pas tout faire. Pour cela, j’ai mis en place dans mon jeu, un échafaudage complexe, le dispositif High Line, dont le but est de faire naître une ligne Harmonique-Mélodique aussi pure que possible, rejetant tout stéréotype :
Elle repose initialement sur le choix d’une mélodie simple, populaire, récurrente – trois notes d’un accord par exemple. Elle s’appuie ensuite sur une réharmonisation qui, par son traitement contextuel, permet de redonner de l’attention à cette mélodie, de voir ce qui était devant nos yeux mais absent de notre conscience, grâce à la découverte soudaine, surprenante, d’un nouveau rapport sonore.
Dès lors, rien n’est joué à l’avance : le scénario musical se construit et chemine au fur et à mesure pour ouvrir un espace dans lequel les musiciens tout autant que les auditeurs peuvent émettre des attentes, des souhaits, des résistances.
La complexité structurelle oblige les musiciens à se dépasser. Tout potentiel déployé, ceux-ci ont le devoir et la contrainte de donner le sens et la simplicité à la musique. Cette simplicité s’incarne dans ces notes qui en remplacent cent autres, cette High Line que je compare à une vague déferlante, qui recouvre tout sur son passage. Je cherche à multiplier ces événements musicaux : développer un tempo événementiel extrêmement rapide, dans le cadre d’une pulsation lente ou modérée. Jouer ainsi sur la différence entre le temps et la durée.
Enfin, la rythmique se rapproche davantage de la prosodie du langage parlé que des rythmes utilisés couramment. L’objectif est esthétique ; mais il s’agit également de stimuler les centres du langage. Retrouver ainsi un système de communication proche de la parole chez le jeune enfant qui ne possède pas encore le langage. Je cherche à ne jamais oublier que la musique est un langage universel. »

Jean-François Jenny Clark

france musique

 Chuck Israels

Concert à Paris, au Sunset. Chuck Israels (contrebassiste de Bill Evans) en duo avec Robert Kaddouch

 Martial Solal

ballade pour deux pianos

Martial Solal et Robert Kaddouch en ConcertEn adoptant la formule la plus flexible, le duo, sa pratique de l’improvisation a été le ciment de l’accompagnement proprioceptif, outil-clé de la Pédagogie Kaddouch®. Pendant cette période, on trouve des récitals à deux pianos avec le pianiste Martial Solal, avec qui il a enregistré deux CD  dont la « Balade pour 2 piano » primée « 5 diapasons » par le magazine Diapason.

 

 Ahmad Jamal

 

Des musiciens comme Eddie Gomez, contrebassiste de Bill Evans, ou Jean-François Jenny Clark (professeur d’improvisation au CNSMDP) ont enseigné, joué et enregistré avec lui : ainsi on trouve un CD en duo avec Jean-François Jenny Clark  enregistré lors d’un concert au studio 106 de la Maison de la Radio pour l’émission « les surprises de Martial Solal ». Il semble qu’une rencontre marquante avec le pianiste Ahmad Jamal pour l’enregistrement de l’émission « transversalles » sur France Culture ait été à la source du concept de conductibilité (communication par la création), du moins d’atmosphère ductile, sorte de milieu créatif propre à générer tous types d’apprentissages.

 Daniel Humair

robert kaddouch en trio  Plusieurs tournées de concerts en trio ont abouti à un disque avec Daniel Humair et Cesarius Alvim.

 

Eddie Gomez

 

Master Class donnée par Eddie Gomez (contrebassiste de Bill Evans) avec Robert Kaddouch

Master Class donnée par Eddie Gomez (contrebassiste de Bill Evans) avec Robert Kaddouch

Gary Peacock

Pour suivre le projet d’enregistrement à New York

Enregistrement au studio Avatar de New York, juillet 2015. Gary Peacock Robert Kaddouch
Enregistrement avec Gary Peacock ,au studio Avatar de New York, juillet 2015.

La théorie de la Conductibilité

Kaddouch ENS

Conférence donnée à l’Ecole Normale Supérieure de Paris en Mars 2012

Sa pédagogie place l’enfant au centre de l’apprentissage dont la musique est le langage-outil, et le professeur en est le médiateur. Son concept de Conductibilité définit une nouvelle approche de la création ainsi qu’une nouvelle approche de l’enfant par la création ( Colloque Bergson-Kaddouch , la Conductibilité vue par les philosophes). Sa pédagogie musicale est la première, dans l’histoire, à établir un pont avec la science: collaborations scientifiques (départements de sciences cognitives du Pr Olivier Houdé à la Sorbonne, chercheurs de l’École normale supérieure, INSERM, CNRS …).

« Le pédagogue et le philosophe, Robert Kaddouch et la Conductibilité, » ed. l’Harmattan

« L’enfant, la musique et la mémoire » ed. De Boeck

« Des Mimes et des Murs, deux études de cas pour une autre pédagogie » ed. Gruppen