High Line Zoom

High Line, Gary Peacock, Robert Kaddouch

Gary Peacock, Contrebasse

Robert Kaddouch, Piano

Enregistré au studio Avatar de New York, les 21 et 22 juillet 2015.

Pour acheter le CD, cliquer sur ce lien FNAC

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

Auteur(s) Robert Kaddouch

0,00 € TTC

En savoir plus

Enregistré en duo avec Gary Peacock, « High Line » témoigne des techniques que Robert Kaddouch a élaborées pendant de longues années pour exprimer les univers sonores qui lui tiennent à cœur, en rapport avec des événements importants de sa vie. Son expression est liée à l’authenticité de cette démarche qui mêle le jazz, les chansons enfantines, les thèmes yiddish et ses propres compositions.

En juillet 2015, dans les studios Avatar de New York, Robert Kaddouch et Gary Peacock ont façonné une page commune en alternant des standards du jazz et des thèmes traditionnels arrangés par Robert Kaddouch, et deux de ses compositions récentes (« 53rd Street » et « Agile »).

Dans certains dialectes africains, on dit: «la musique me danse» et non «je danse sur la musique». Ainsi je ne dis pas que je joue du piano, puisque c'est le piano qui me joue. La musique s'est toujours imposée à moi comme une vision du monde. Elle aurait pu être la langue de tous les hommes. Mais l'histoire en a décidé autrement et les langues permettent maintenant de dire ce que l'on ne pense pas ! La musique donc me parle, la musique me pense, et moi, je cherche à partager ce qu'elle me dit et m'offre de de trésors cachés. J'ai souvent préféré transmettre par l'enseignement, qui ne se laisse jamais gagner par la routine, plutôt que par des concerts répétés. Mais quand l'occasion se présente d'un échange exceptionnel, alors le piano m'entraîne sur ces chemins : ni lui ni moi n'avons le choix. Et ce piano qui me joue, je ne lui laisse pas tout faire. Pour cela, j'ai mis en place dans mon jeu, un échafaudage complexe, le dispositif High Line, dont le but est de faire naître une ligne Harmonique-Mélodique aussi pure que possible, rejetant tout stéréotype : Elle repose initialement sur le choix d'une mélodie simple, populaire, récurrente - trois notes d'un accord par exemple. Elle s'appuie ensuite sur une réharmonisation qui, par son traitement contextuel, permet de redonner de l'attention à cette mélodie, de voir ce qui était devant nos yeux mais absent de notre conscience, grâce à la découverte soudaine, sur - prenante, d'un nouveau rapport sonore. Dès lors, rien n'est joué à l'avance : le scénario musical se construit et chemine au fur et à mesure pour ouvrir un espace dans lequel les musiciens tout autant que les auditeurs peuvent émettre des attentes, des souhaits, des résistances. La complexité structurelle oblige les musiciens à se dépasser. Tout potentiel déployé, ceux-ci ont le devoir et la contrainte de donner le sens et la simplicité à la musique. Cette simplicité s'incarne dans ces notes qui en remplacent cent autres, cette High Line que je compare à une vague déferlante, qui recouvre tout sur son passage. Je cherche à multiplier ces événements musicaux : développer un tempo événementiel extrêmement rapide, dans le cadre d'une pulsation lente ou modérée. Jouer ainsi sur la différence entre le temps et la durée. Enfin, la rythmique se rapproche davantage de la prosodie du langage parlé que des rythmes utilisés couramment. L'objectif est esthétique ; mais il s'agit également de stimuler les centres du langage. Retrouver ainsi un système de communication proche de la parole chez le jeune enfant qui ne possède pas encore le langage. Je cherche à ne jamais oublier que la musique est un langage universel. Robert Kaddouch

Enregistrer

Accéder au site institutionnel Kaddouch Music