NEWS > Kaddouch Maths-Musique KMM

Kaddouch Maths-Musique KMM

Robert Kaddouch a mis au point des situations musicales demandant l’outil mathématique. De plus, il considère que les improvisateurs, pour créer en temps réel, et non utiliser des formats stéréotypés, ont intérêt à transformer les paramètres harmoniques en calcul mental. Ainsi, le musicien s’implique vraiment dans la création, il ne se contente pas de restituer dans un ordre différent

L’enfant utilise son intelligence à construire le réel, à donner du sens . En mobilisant ses forces affectives (affectare:se relier), il se relie au monde qui l’entoure pour lui donner du sens  . La musique intervient alors comme un langage exploratif et régulateur, ainsi qu’un outil de contrôle de l’intelligence affective, celle qui permet de s’engager dans de vrais choix, de doser son engagement et sa réactivité, de se positionner réellement . L’improvisation , par exemple, permettra d’exercer l’inhibition cognitive, point culminent de l’intelligence humaine, fonction qui, à la manière d’un GPS, permet de choisir la bonne stratégie de jeu, en bloquant les autres choix possibles . L’activité musicale se voit alors capable de stimuler et d’exercer le potentiel  de chaque enfant, tout en lui permettant de  réexploiter son expérience, la musique lui ouvre le champs des possibles .
Déroulement d’un cours
-Dis-moi ce que tu rêves de mettre en musique ?”
L’étudiant arrive en cours avec des questions, des propositions, ou bien il attend une prise en charge . Par le dialogue verbal ou (et) musical improvisé, le cours peut consister autant à expliquer par des équations, pourquoi les touches noires sont ainsi disposées, qu’énumérer les opérations intellectuelles qui permettent au lecteur de transformer les notes en sons , le cours peut aussi consister à jouer, improviser sans interruption, et exprimer ainsi ce que les mots ne savent pas dire . L’élaboration d’un programme de travail sera convenu avec l’élève, dès que le projet individuel sera constitué .
Objectifs : 
-Dynamiser l’activité musicale , “écouter et donner le sens”
Le professeur, par l’analyse des productions de l’élève, improvisées ou écrites, va comprendre quels sont ses goûts réels et ses orientations musicales .Ce travail d’interprétation de la création, vecteur d’investissement du potentiel individuel, dynamisera ainsi l’activité musicale-instrumentale de l’enfant autant que les acquisitions en général (scolaires et sportives) .
-Ouvrir un champs de recherche et développer la curiosité .  
“Un enfant peut apprendre tout ce qu’il sait demander”
Permettre à chaque étudiant d’aborder des thèmes apparemment extérieurs à la musique (les planètes, les dinosaures, les oiseaux, la physique …), le professeur se chargera de rendre la matière accessible et de délocaliser le savoir-faire .

-Délocaliser les savoirs et les expériences, 
“valider une réussite spontanée pour déclencher une réussite nécessaire”
Comment un savoir-faire, une compétence intellectuelle ou sportive, peut nourrir une connaissance, une technique musicale . Comment une réussite peut en entraîner une autre, par exemple : 
-pour les plus grands, passerelle maths-musique : transformer les mouvements harmoniques et articulatoires en classes de problèmes mathématiques, afin de gérer les situations musicales avec nos fonctions supérieures (calculer mentalement un enchaînement harmonique que l’on rêve de réaliser)
– pour les sportifs , comment un bon skieur devient un bon mélodiste . Transformer une sensation corporelle en réactions audio motrices, en technique instrumentale .